Quelle prise en charge pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ?

8
Partager :
Soin

En France, pas moins de 900 000 personnes sont atteintes de la maladie d’Alzheimer. Il s’agit d’une maladie neurodégénérative, caractérisée par une perte progressive de la mémoire et de certaines fonctions intellectuelles. Plus la maladie progresse, plus les répercussions dans la vie quotidienne se font sentir. La personne perd ainsi progressivement son autonomie.

Au départ caractérisée par l’oubli de certains noms ou événements, la maladie d’Alzheimer peut, dans les stades les plus avancés de la maladie, faire perdre à la personne concernée ses capacités psychomotrices, comme la marche.

A lire également : Puis-je fumer occasionnellement ?

Maladie d’Alzheimer : existe-t-il un traitement ?

Aujourd’hui, il n’existe pas de traitement à proprement parler pour guérir de la maladie d’Alzheimer. S’il n’y a pas de traitement curatif, certains médicaments permettent d’estomper les effets de la maladie, comme les troubles de la mémoire ou du comportement. Comment ? En améliorant la communication déficitaire entre les neurones. Les molécules administrées (donépézil, rivastigmine, galantamine et mémantine) tentent de rétablir une concentration normale de certains neurotransmetteurs (substance chimique qui transmet l’information entre les neurones), altérée dans la maladie.

Prise en charge d’Alzheimer : maintenir l’autonomie et le bien-être

A défaut de pouvoir guérir la maladie d’Alzheimer, il est important de prendre en charge les personnes atteintes de façon précoce afin de maintenir le plus longtemps possible leur autonomie. Il s’agit de conserver les capacités motrices, cognitives, auditives, visuelles et une certaine vie sociale.

A découvrir également : Quel sport perdre le ventre après 50 ans ?

La prise en charge de la maladie d’Alzheimer est donc multifactorielle. Elle comprend :

  • l’activité physique (maintenir la marche à pied par exemple) ;
  • le maintien des capacités sensorielles. Il est par exemple indispensable d’appareiller une surdité ou d’adapter les lunettes à la vue ;
  • une bonne alimentation ;
  • la communication et une vie sociale maintenue par le biais, par exemple, d’activités.

Cette prise en charge fait donc appel aux expertises d’une équipe pluridisciplinaire : infirmiers, kinésithérapeutes, orthophonistes, ergothérapeutes, psychomotriciens, psychologues, assistants en gérontologie, auxiliaires de vie, professeurs d’APA (activité physique adaptée).

L’importance de l’aidant

Dans cette prise en charge, l’aidant, c’est-à-dire le proche qui accompagne la personne malade, joue un rôle primordial. Il gère généralement le suivi du traitement, la pratique des soins, les démarches administratives, les activités domestiques… Parfois, il doit également procéder aux démarches pour une entrée en Ehpad de la personne malade lorsque celle-ci n’est plus en mesure de vivre à domicile.

Maladie d’Alzheimer : maintien à domicile ou Ehpad ?

Lorsque la maladie d’Alzheimer est prise en charge à un stade précoce, la personne concernée peut continuer à vivre à domicile. Elle a généralement besoin d’aide dans les gestes de la vie quotidienne. Si l’aidant (mari, femme, enfant, ami…) prend souvent pour son compte une grande partie de l’accompagnement, il est possible de faire appel à des aides extérieures : auxiliaire de vie, aide à domicile, etc.

L’équipe spécialisée Alzheimer (ESA)

Il est également possible de faire appel à une équipe spécialisée Alzheimer (ESA). Cette équipe, composée de professionnels comme un ergothérapeute, un psychomotricien, un assistant de soins en gérontologie, etc., encadrée par un infirmier formé aux problématiques d’Alzheimer, intervient à un stade précoce de la maladie.

Cette prise en charge permet de rester à domicile et de repousser l’entrée en institution. Renseignez-vous auprès du CLIC (centre local d’information et de coordination gérontologique) ou du CCAS (Centre communal d’action sociale) de votre commune.

Les Ehpad spécialisés

Lorsque la dépendance est trop importante, l’Ehpad (Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) devient souvent la solution la plus sécurisante. Dans ces maisons de retraite médicalisées, les résidents bénéficient d’une prise en charge pluridisciplinaire et évoluent dans un environnement sécurisé. Certains établissements disposent d’”unité Alzheimer”, des services sécurisés et spécialement pensés pour accueillir les personnes désorientées.

residence-cagnes-sur-mer

La Villa des Collettes – Maison de retraite à Cagnes-sur-Mer

Maladie d’Alzheimer : où s’informer ?

Les personnes confrontées au diagnostic d’Alzheimer se retrouvent souvent démunies et ne savent pas par où commencer pour entamer une prise en charge. Cette maladie, incurable, bouleverse petit à petit le quotidien de la personne atteinte par cette pathologie ainsi que celui de ses proches.

Voici une liste non exhaustives de personnes et de structures qui peuvent constituer une aide et une ressource précieuses :

  • Le médecin généraliste : il s’agit du premier praticien vers qui vous tourner lorsque vous avez des doutes sur le déclenchement de la maladie, chez vous ou un de vos proches. Il vous aiguillera vers les spécialistes adéquats.
  • Le site de l’association France Alzheimer, qui œuvre à une meilleure prise en charge de la maladie.
  • Le CLIC de votre département ou le CCAS de votre ville.
  • Les dispositifs pour les aidants : cafés des aidants, groupes de parole, plateformes d’accompagnement et de répit…

Partager :