L’examen de la cystoscopie

3
Partager :

La cystoscopie, appelée aussi fibroscopie vésicale est un examen effectué par un Urologue, qui est le spécialiste des reins et des systèmes urinaires chez l’homme et la femme et du système reproducteur de l’homme . Elle consiste en l’introduction d’un cystoscope ou d’un fibroscope ( sorte d’endoscope) muni d’une caméra afin d’explorer l’urètre et la vessie, les images étant retransmise directement à l’écran. Elle concerne aussi bien les hommes que les femmes. Ici l’urologue agira donc sur le système urinaire. La cystoscopie peut être déconcertante à entreprendre mais est nécessaire dans le cas de symptômes présents, en effet elle peut déceler des maladies qui ne sont pas anodines.

Pourquoi faire une cystoscopie ?

La cystoscopie est souvent faite dans le cadre du saignement répété et anormale, voire de présence de sang dans l’urine.

A voir aussi : Pourquoi utiliser les produits cosmétiques bios ?

-Infections urinaires répétées et sans justification

-D’inflammation chronique de la vessie

A lire également : Quels sont les effets secondaires du fenugrec ?

-De calculs vésicaux

-De miction fréquente (l’envie fréquente d’aller uriner)

-Après avoir repéré un blocage de l’urètre ou de la prostate chez l’homme.

-De suspicion d’un cancer de la vessie, comme par exemple dans le cas d’un antécédent familial.

Elle permet alors de repérer des tumeurs, signe de cancer.

Déroulement de l’examen

Elle est en général effectuée en ambulatoire à l’hôpital ou en salle d’opération. L’anesthésie locale étant plébiscitée. Le patient n’a pas besoin d’être à jeun, il n’y a d’ailleurs aucune préparation spécifique à avoir, les patients peuvent même prendre leur médicaments habituel . Seule préparation requise : le prélèvement d’urine 4 à 5 jours avant l’examen pour être sûr que les urines soient stériles.

Les urines étant vérifié par un examen cytobactériologique. En cas d’infection détectée, le patient devra alors prendre un traitement antibiotique au moins 48 h avant l’examen.

Le jour de l’examen l’urologue va alors appliquer un gel anesthésiant dans l’urètre et qui a aussi pour fonction de lubrifier les parois avant l’introduction du cystoscope.

L’examen n’est pas qualifié de douloureux si le patient ne surréagit pas et reste calme même si le passage de l’endoscope reste désagréable. La cystoscopie ne dure en général que quelques minutes (de l’ordre de 5 minutes), le patient ressortant de l’hôpital dans la foulé, la cystoscopie ne nécessitant pas d’hospitalisation.

Y a-t-il un risque lié à l’examen ?

Il existe dans très peu cas, de risques quant à faire une cystoscopie. Certains effets secondaires liés à une infection urinaire peuvent subvenir mais rien de très grave (de l’ordre de 3% des cas). Une envie d’uriner après la cystoscopie ainsi que la présence de sang dans l’urine peut alors subvenir. Il est conseillé alors de boire beaucoup d’eau et d’uriner dans les heures suivant l’examen afin d’éliminer les potentielles bactéries qui pourrait être présente suite à l’introduction du cystoscope. On limite ainsi les possibles infections urinaires.

En cas de fortes douleurs il est toujours possible d’avoir recours à des antalgiques, même si cela reste exceptionnel. À noter que l’examen est le plus souvent remboursée, il suffit pour cela de suivre le parcours de soins classique, c’est-à-dire obtenir une ordonnance de consultation pour un urologue en allant chez votre médecin traitant. La sécurité sociale couvrira après 70% du montant chez l’urologue.

Partager :