Les GIR et la grille AGGIR : Une pratique pour mieux comprendre le handicap

515
Partager :

Une personne handicapée et/ou âgée dans votre entourage ? Pour lui trouver l’hébergement ou l’infrastructure la plus adaptée, il faut évaluer son niveau de dépendance. Pour la France, les références sont les GIR et la grille AGGIR. De quoi s’agit-il exactement ?

Les GIR et la grille AGGIR en bref

Le niveau de dépendance d’une personne âgée ou d’une personne handicapée est le critère de choix le plus déterminant de son mode d’hébergement. Selon son degré de dépendance, une personne handicapée ou âgée appartient à un GIR – Groupe Iso-Ressources. Dépendamment de ce GIR, la personne handicapée ou âgée évaluée peut bénéficier d’un soutien comme l’APA, le droit au répit, l’ASH et autres aides financières.

Lire également : Les meilleurs aliments pour une vieillesse en pleine santé

Afin de déterminer le GIR d’une personne handicapée ou d’un sénior, cette même grille aggir est utilisée par les évaluateurs comme le médecin coordonnateur d’un EHPAD. AGGIR tient pour Autonomie, Gérontologie Groupe Iso-Ressources. Grâce à cette grille, l’évaluateur va pouvoir déterminer le type d’hébergement et de prise en charge les plus adaptés pour la personne évaluée. La grille AGGIR permet de mesurer de nombreux paramètres influant sur les besoins physiques, psychologiques et structurels de la personne évaluée.

A voir aussi : Les meilleures stratégies pour protéger la santé cardiaque des seniors

Les 6 degrés de la perte d’autonomie selon la grille AGGIR

Pour simplifier, l’échelle GIR définit 6 niveaux de perte d’autonomie allant de 1 à 6. Les personnes des GIR 1 et 2 sont les plus dépendantes, elles iront en EHPAD ou en USLD où elles bénéficieront d’un suivi permanent et au quotidien. Les personnes appartenant aux GIR 3 et 4 sont considérées comme des personnes dont la perte d’autonomie est intermédiaire.

Elles ne peuvent pas vivre en totale autonomie mais n’ont pas besoin d’une permanence médicale et/ou d’une aide continue non plus. Par contre, elles peuvent avoir besoin d’aides pour les soins corporels – plusieurs fois par jour pour les GIR 3 – pour la toilette, l’habillage ou encore le repas. Les personnes âgées des GIR 5 sont quasiment autonomes.

Les séniors du GIR 5 n’ont besoin que d’aides ponctuelles pour la toilette, la préparation des repas et le ménage. Les personnes du GIR 6 sont autonomes. Elles peuvent entre autres choisir le maintien à domicile, l’accueil familial pour séniors comme proposé par CetteFamille.com ou encore la colocation intergénérationnelle et la résidence appartement.

Les 8 points évalués par la grille AGGIR

Avec l’âge et/ou à cause des accidents physiques et des maladies, une personne perd plus ou moins de capacités cognitives et physiques. La grille AGGIR se base sur 8 critères essentiels pour déterminer le Groupe Iso-Ressources d’une personne handicapée ou d’une personne âgée. L’évaluation s’effectue par le biais d’une série de questions posées par une équipe médico-sociale pour la demande d’une APA ou par le médecin coordonnateur dans le cas d’une admission en EHPAD.

A noter qu’il est possible de se faire évaluer à domicile. Dans un cas comme dans l’autre, les questions posées par le professionnel sont les mêmes et sont relatives à la capacité de la personne évaluée à assurer les tâches quotidiennes. Ces questions portent sur : la cohérence, l’orientation, la toilette, l’habillage, l’alimentation, l’élimination, les transferts et les déplacements.

Les avantages de l’utilisation des GIR et de la grille AGGIR dans l’évaluation du handicap

L’utilisation des GIR et de la grille AGGIR présente de nombreux avantages dans l’évaluation du handicap, tant pour les personnes concernées que pour les professionnels du secteur médico-social.

Cette méthode permet une évaluation objective et standardisée des capacités fonctionnelles d’une personne. En se basant sur des critères précis, elle évite les jugements subjectifs qui peuvent parfois altérer le processus d’évaluation. Cette approche offre une vision globale du handicap en prenant en compte plusieurs dimensions telles que la mobilité, l’autonomie ou encore la communication.

L’utilisation des GIR et de la grille AGGIR favorise une meilleure compréhension du niveau de dépendance d’une personne. En attribuant un score à chaque critère évalué, il devient possible de classer la personne dans un groupe spécifique correspondant à son niveau de besoins en matière d’aides et de soins. Cela facilite ainsi l’orientation vers les dispositifs appropriés tels que les structures médicalisées ou les services d’aide à domicile.

Cet outil permet aussi d’adapter au mieux le plan personnalisé élaboré pour chaque individu. En identifiant clairement ses besoins spécifiques grâce aux résultats obtenus lors de l’évaluation avec la grille AGGIR, il est possible de mettre en place des solutions adaptées afin d’améliorer sa qualité de vie au quotidien. Cette approche individualisée favorise ainsi le bien-être et le confort des personnes concernées.

L’utilisation des GIR et de la grille AGGIR permet aussi une comparaison cohérente entre différentes situations. Grâce à ce référentiel commun, il devient possible de comparer les besoins et les capacités des personnes évaluées afin d’ajuster au mieux les politiques publiques en matière de handicap. Cela favorise ainsi une meilleure prise en compte des besoins réels des individus et contribue à l’amélioration globale de l’accompagnement médico-social.

L’utilisation des GIR et de la grille AGGIR dans l’évaluation du handicap présente de nombreux avantages tant pour les personnes concernées que pour les professionnels impliqués. En offrant une approche objective, standardisée et adaptée aux différents aspects du handicap, cet outil permet d’améliorer la compréhension, l’orientation et l’accompagnement personnalisé des individus en situation de handicap. Une pratique essentielle pour répondre efficacement à leurs besoins spécifiques et leur garantir une qualité de vie optimale.

Comment interpréter les résultats de la grille AGGIR pour une meilleure prise en charge des personnes handicapées

L’interprétation des résultats de la grille AGGIR revêt une importance capitale dans l’élaboration d’une prise en charge adaptée pour les personnes handicapées. En comprenant correctement ces scores, vous pouvez déterminer le degré de dépendance. Ces dimensions sont :

• La continence : vérifie si une personne a besoin ou non d’aide pour gérer ses fonctions urinaires et fécales.

• Le transfert : évalue la capacité d’une personne à changer de position (se lever du lit, passer du fauteuil roulant au lit, etc.).

• La communication à distance : mesure si une personne parvient facilement à communiquer avec son entourage malgré sa situation de handicap.

• La gestion courante des actes domestiques : apprécie la capacité à gérer les tâches domestiques telles que faire le ménage, préparer un repas ou effectuer des courses.

Lorsque l’évaluation est réalisée, il est donc primordial d’analyser attentivement chaque score obtenu. Selon les résultats de la grille AGGIR, une classification spécifique sera attribuée à chaque personne évaluée :

En fonction de cette classification, une prise en charge adaptée peut être envisagée. Pour les personnes classées en GIR 1 ou GIR 2 par exemple, des structures médicalisées telles que les maisons de retraite médicalisées peuvent être envisagées afin de répondre à leurs besoins complexes en termes de soins et d’accompagnement quotidien. Quant aux personnes classées en GIR 5 ou GIR 6, elles pourront bénéficier d’une aide à domicile plus légère avec un accompagnement personnalisé pour leur assurer confort et sécurité au sein du foyer.

Il est primordial de souligner qu’une interprétation fine des scores obtenus permettra d’identifier précisément les besoins spécifiques.

Partager :