Quel remboursement pour les dents ?

4
Partager :

Mme X s’est rendue au bureau du Dr Y avec un malaise dans la prémolaire 44. Extérieurement, on peut voir un remplissage composite volumineux et bien adapté effectué par un autre dentiste « il y a des années ». La radiographie montre une petite image radiolucide, la percussion est positive et les tests de vitalité sont également.

Le Dr Y indique la nécessité d’un traitement du canal radiculaire et d’une reconstruction ultérieure de la pièce à l’aide d’un boulon et d’une couronne intrarradiculaires . Le traitement se fait sans heurts et Mme X disparaît de la consultation pendant un certain temps.

A lire en complément : Puis-je fumer occasionnellement ?

Après six mois, Mme X revient à la consultation, disant que la prémolaire continue de faire mal, et qu’elle s’est rendue chez le dentiste du centre de santé qui, après avoir fait une radiographie, lui a dit que « le traitement du canal radiculaire était mal fait ». 

Le Dr Y, étranger, regarde ses dossiers et observe que la « économétrie » qu’il a faite avant de couper la gutta percha était correcte. Il n’a pas passé de tests. radiographie postérieure. Cependant, en répétant la radiographie périapicale maintenant, vous remarquez que la gutte-percha est « courte » d’environ 4 mm et que l’image du granulome périapical reste inchangée.

A découvrir également : Quelles sont les réductions offertes aux personnes de plus de 60 ans ?

Le Dr Y explique à Mme X la situation, lui montre la « économétrie » et la radiographie actuelle, et explique que quelque chose a dû se passer avant le traitement qui a provoqué le mouvement de la garniture de gutta percha.

Il assume logiquement le problème et propose à Mme X le retrait de la réadaptation et la répétition de l’endodontie .

Cependant, Mme X a dit qu’elle avait perdu confiance dans le Dr Y, et que ce qu’elle voulait, c’était que son argent soit remboursé pour répéter son travail dans une autre clinique.

Le Dr Y devrait-il rendre l’argent à Mme X pour résoudre le problème ?

Commentaire

En principe, la réponse serait « non ». Bien que nous ayons tendance à croire qu’avec le retour des frais au patient insatisfaits que nous ayons éliminé notre responsabilité en ne facturant rien pour un traitement, ce n’est pas vrai. Le retour d’argent du traitement n’élimine pas la responsabilité des éventuelles séquelles (et d’autres dommages subis par le patient, tels que le temps passé). En fait, il est très courant que le remboursement des honoraires soit considéré comme une « prise de responsabilité » devant les tribunaux , car pourquoi les frais professionnels seront-ils remboursés si le traitement a été bien effectué ?

Mais il existe vraiment des circonstances dans lesquelles nous pouvons envisager une autre position. Et je fais surtout référence aux cas où le traitement n’est pas correctement effectué. Dans ce cas, et si nous ne prévoyons pas l’existence d’une réclamation légale, nous pouvons adopter une autre position.

En tant que posture « exceptionnelle », face à un traitement inadéquat et lorsque le patient seulement demander le remboursement des frais payés par celui-ci, nous ne pouvons y accéder que si le patient nous signe un document indiquant clairement que le professionnel n’a pas mis fin au traitement et que c’est le patient lui-même qui décide de l’arrêter .

Il est raisonnable, et parfaitement défendable à l’essai, qu’un traitement ne soit pas terminé tant que le professionnel n’a pas jugé le résultat approprié. Ce serait la clé de la question : l’argent n’est pas remboursé pour un traitement mal effectué, mais pour un traitement qui n’est pas encore terminé et que le patient souhaite interrompre.

Le document devant être signé par le patient ne doit contenir aucune formule dans laquelle le patient s’engage expressément à ne pas revendiquer légalement, car ces clauses, en plus d’être contre-productives, sont généralement renversées par les tribunaux.

Cette approche « exceptionnelle » du remboursement des frais n’est pas peut accepter si le patient demande également tout autre type d’indemnisation (par exemple, pour le désagrément subi) ou si une personne ou institution externe (par exemple, un avocat ou une institution publique ou privée) impliquée dans l’affaire. Dans ce cas, l’affaire doit être consultée avec un avocat, soit de l’association professionnelle, soit de la compagnie d’assurance de responsabilité civile professionnelle.

Partager :